Vers une filière locale de bois déchiqueté ?…. une réunion prometteuse.

A l’initiative de la mairie de Vialas, une vingtaine d’élus des communes avoisinantes, d’agriculteurs, de propriétaires forestiers et d’agents de développement (mais aussi quelques ‘simples citoyens’) se rencontraient le 12 décembre dernier afin de réfléchir ensemble à cet objectif.  Autre participation notable, celle de représentants de la Maison de Retraite de Vialas et du Collège du Trenze, deux institutions de la commune qui auront à remplacer bientôt des chaufferies vieillissantes.  Cette initiative intervient alors que la commune de Vialas vient d’installer une nouvelle chaufferie à plaquettes de bois pour le chauffage de la nouvelle école et de la salle communale (avec le soutien des financeurs dont les logos ce trouvent au bas de cet article).

Deux experts invités ont présenté les données susceptibles de fonder cette réflexion. 

  • Christel BOUT (Mission Bois-Énergie – CCI Mende) a rappelé les données de base du secteur du bois-énergie sur notre département (voir cette présentation).
  • Jean-Michel MIVIERE (consultant spécialisé) a précisé les principes et les données pratiques de la mise en place de ce type de filière (voir cette présentation).

Deux présentations d’un grand intérêt qui trouveront toute leur utilité lorsqu’il s’agira de réaliser des avancées pratiques.  Un groupe de travail composé essentiellement d’élus de Vialas et des communes avoisinantes, appuyé par la Mission Bois-Énergie, devrait se réunir rapidement afin de tracer les grandes lignes de ce projet.  Les personnes désireuses de participer à ces travaux peuvent se mettre en rapport avec mboulanger.mairievialas@orange.fr .

Le facteur limitant numéro 1, à l’heure actuelle, a été identifié comme étant la faiblesse de la demande locale.  En effet, la consommation attendue de la chaufferie du nouveau bâtiment scolaire (qui devra également pourvoir aux besoins de la Maison du Temps Libre attenante) est largement insuffisante à ‘amorcer la pompe’ d’une filière locale.  L’intérêt réel pour cette filière de deux institutions locales, collège et maison de retraite, dont les besoins en matière de chauffage sont sensiblement plus importants, constitue un point extrêmement positif.  Les élus des communes avoisinantes sont invités à se pencher sur l’opportunité de cette filière pour leurs projets en matière de chauffage.

 

    

 

 

4 réflexions sur « Vers une filière locale de bois déchiqueté ?…. une réunion prometteuse. »

  1. VOISIN FREDERIC

    Bonjour,
    est-ce que cette unité de production fabriquerait des granulés (pellets) ?
    cela pourrait être un autre petit débouché…
    cordialement
    F. VOISIN

    Répondre
    1. Michel Boulanger Auteur de l’article

      Bonjour Frédéric,
      Ce projet n’est pas à l’ordre du jour. La production de granulés nécessite des installations de type industriel. De plus le marché est envahi de produits de provenance parfois lointaine. Ainsi, sur le marché français, on trouve des granulés d’origine canadienne. Merci pour cette marque d’intérêt.

      Répondre
  2. yves abourachid

    Bonjour,
    concernant la faiblesse de la demande locale, ne serait il pas possible d’envisager l’installation d’une microcentrale à bois ou un cogénérateur qui pourrait alimenter en électricité une partie de la commune ?
    je n’ai aucune compétence tant technique qu’économique pour argumenter cette idée

    Répondre
    1. Michel Boulanger Auteur de l’article

      Bonjour,
      Chaque projet est précédé d’une étude d’opportunité / faisabilité. A l’heure actuelle, divers experts nous disent que la cogénération, à la petite échelle qui est la nôtre, ne constitue pas un investissement rentable.
      Nous étudions actuellement un projet de réseau de chaleur sur divers bâtiments publics du bourg de Vialas, alimenté par une chaufferie au bois déchiqueté de provenance locale. Plus d’informations dans les prochaines semaines sur ce blog.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

code